Le moyen français, quelle périodisation ?

Ce carnet vise à suivre les travaux conduits dans le cadre d’un programme pluriannuel de recherche portant sur la périodisation du moyen français (dir. Adeline Desbois-Ientile et Géraldine Veysseyre, Sorbonne université, UR 4509 STIH).

Le terminus ad quem du moyen français était traditionnellement placé en 1500, heureux hasard qui faisait coïncider le temps de la langue avec celui de l’Histoire. Des travaux récents, toutefois, ont mis en évidence la présence de marqueurs de continuité entre le milieu du XVe siècle et le milieu du XVIe qui rendent moins nette la frontière de 1500 en dépit de l’existence de facteurs d’évolution importants comme le développement de l’imprimerie. La difficulté qu’il y a à arrêter des périodisations dans ce qui est un continuum (l’évolution de la langue) est par ailleurs d’autant plus grande que les différents aspects de la langue (orthographe, lexicologie, morphologie, syntaxe) n’évoluent pas nécessairement au même rythme ni en même temps. Il n’en reste pas moins que certains locuteurs expriment à cette époque un sentiment d’instabilité linguistique dont il faut rendre compte.

L’enjeu de ce programme est ainsi de cerner les évolutions de la langue française autour de 1500 pour voir :
– dans quelle mesure la parution des premiers imprimés en français (à partir de 1476, date à laquelle est publiée la Légende dorée de Jean de Vignay), et plus largement les évolutions linguistiques souvent pointées autour de 1480, constituent un clivage probant entre deux états de langue ;
– dans quelle mesure les évolutions qui ont lieu dans les années 1530 en matière d’orthotypographie (passage des caractères gothiques aux caractères romains, apparition des accents, modification du système de ponctuation) suivent, accompagnent ou annoncent des évolutions linguistiques marquantes touchant les autres aspects de la langue (orthographe, lexique, morphologie, syntaxe).
Il s’agit ainsi de déterminer à quel moment le français médiéval se mue en français « de la Renaissance » ou « pré-classique », et donc de mieux décrire et situer la borne postérieure de ce que nous avons coutume de nommer « moyen français ».

Nous organisons pour ce programme une journée d’étude par an. Chaque journée porte sur un aspect de la langue.